BIENVENUE

Accès aux catalogues
Votre panier : 0 article

 
 
 

Newsletter – mai 2015

 

Florian Clivaz, entre rigueur et détermination

Florian Clivaz, jeune athlète suisse et surtout, étudiant pour la maturité fédérale, avait récemment accepté de témoigner sur notre site : http://www.matuonline.ch/l1/p394-Temoignages.html

 

flo2.JPGTouchée par son parcours hors du commun et sa volonté de fer, l’équipe de MATU ONLINE a souhaité lui donner la parole afin de mieux connaître ce jeune sportif et de vous faire bénéficier de ses conseils pour préparer ses examens.

 

Bien évidemment, toute l’équipe de MATU ONLINE le remercie chaleureusement et le félicite pour sa détermination et ses résultats brillants.

 

1)    Tu es un jeune athlète de haut niveau. Peux-tu nous résumer ton parcours et te décrire en quelques mots?


Comme beaucoup de jeunes, je me suis tout d’abord orienté vers le football quand j’avais environ 12 ans. A 14 ans, j’ai intégré les équipes d’élite du FC Sion et j’ai effectué mes classes de M14 à M16. Vers 16 ans, je fus victime du surentraînement et durant plus de 2 ans, mon quotidien fut rythmé par les opérations et la rééducation.

 

En novembre 2012, mon état de santé s’étant stabilisé, j’ai pris la décision de me remettre au sport. Ayant toujours été très rapide, le choix fut aisé et logique.

 

florian.pngDès ma première année d’athlétisme, je me suis qualifié pour les championnats d’Europe junior de Rieti. L’année passée, je me suis qualifié pour les championnats d’Europe de Zurich avec le relais 4x100m et j’ai eu la chance de courir le Weltklasse Zurich avec pas moins de 2 finalistes olympiques dans ma série de 100 mètres.

 

Il est toujours difficile de se décrire soi-même, mais je pense être quelqu’un de très ambitieux et de déterminé. Je me donne toujours les moyens de mes ambitions, beaucoup ont des rêves mais très peu font réellement les sacrifices en adéquation à leurs aspirations.

 

 

2)    Tu as toujours fait du sport. D’abord le football, puis l’athlétisme. Comment as-tu réussi à concilier tes études avec tes activités et quelles difficultés as-tu rencontrées ?

 

Durant ma « carrière » de footballeur, j’ai fréquenté une structure sport-étude publique et concilier sport et études était aisé. Concilier athlétisme et école est beaucoup plus compliqué car un athlète voyage bien plus qu’un footballeur. C’est pourquoi la plateforme MATU ONLINE convient parfaitement à mon rythme de vie car je peux suivre les cours de mon choix, quand je veux, où je veux et y consacrer le temps que je veux et que je peux.

 

Je dirais que la principale difficulté vient du sommeil. Après un entraînement très difficile j’ai besoin de me reposer mais souvent je dois hypothéquer mes heures de repos car j’ai une échéance scolaire le lendemain matin.

 

3)    Tu as brillamment réussi tes premiers partiels lors de la maturité fédérale ! Si tu devais donner quelques conseils à d’autres jeunes sportifs ou étudiants surchargés pour réviser, quels seraient-ils ?

 

De se responsabiliser ! Actuellement, je trouve que les élèves évoluent dans un univers où la mise sous tutelle est de mise. Les enseignants planifient l’avancement des programmes. Selon moi, tout est planifié, cadré, réprimandé, du cercle familial à l’environnement scolaire et cela entraîne beaucoup d’élèves dans une lente léthargie que seule la pression parentale parvient à dynamiser.

 

florian2.jpgAu risque de me faire quelques ennemis dans le corps enseignant, je tiens à dire que je suis totalement contre le présentéisme.

 

A quoi bon venir en cours si c’est pour dormir ? Je serais favorable à une liberté académique dès le secondaire.

 

La plateforme MATU ONLINE permet de pallier à tous ces problèmes. Elle permet un avancement à son propre rythme et lutte donc contre le présentéisme inutile. Et surtout elle responsabilise l’étudiant qui doit lui-même planifier son avancement. De plus, comme dans les sports individuels, il ne devra sa réussite qu’à son travail et sa discipline et ne pourra justifier un échec en engageant la responsabilité de tel ou tel enseignant. Source de motivation gigantesque !

 

Cette méthode ne convient certes pas à tout le monde, mais personnellement c’est la seule qui se calque sur ma mentalité et les obligations sportives que je suis forcé de remplir.

 

J’avoue trouver frustrant de passer une journée de cours dans une salle de classe alors que j’aurais pu réviser la matière de mon côté, via le site MATU ONLINE, en deux fois moins de temps.

 

Quand on possède un agenda « de ministre », on se doit d’être efficient. La seule chose qui importe vraiment est de réussir, à chacun de trouver sa voie. 

 

4)    Avec ton programme serré entre tes deux univers de sportif et d’étudiant, arrives-tu à concilier d’autres hobbies ? 

 

Vous savez, l’expression « Je n’ai pas le temps » rime plus souvent avec « Je n’ai pas envie » qu’avec un réel problème de timing. Bien-sûr, il n’est pas toujours facile de trouver des plages horaires pour mes amis ou des hobbies mais avec un peu de bonne volonté et d’organisation c’est possible.

J’aime beaucoup lire ! De Nassim Nicholas Taleb à Platon, rien ne me rebute. 

 

5)    Quels sont tes futurs projets ? 

 

Depuis la fin de mes premiers partiels, je consacre pratiquement tout mon temps et mon énergie à la préparation de l’échéance sportive de ma saison : Les championnats d’Europe U23 qui auront lieu en juillet. Je devais initialement prendre part aux championnats du monde de relais aux Bahamas du 2 au 3 mai, malheureusement je me suis blessé en Afrique du Sud et ce contretemps m’empêche de prendre part à cette échéance. 

 

Pour cette fin d’année, en plus de mes deuxièmes partiels que je me ferai une joie de préparer sur Moser Online, j’ambitionne une qualification aux championnats du monde de pékin avec le relais 4x100m.

 

Néanmoins, ces deux échéances tombant en même temps, je suis dans l’attente d'une décision de la commission suisse de maturité quant au déplacement de mes examens de maturité. 

 


Swiss Label